Birding 2.0: Citizen Science and Effective Monitoring in the Web 2.0 World
Ornithologie 2.0: la science citoyenne et les programmes de suivi à l’ère d’internet 2.0

Yolanda F. Wiersma, Department of Biology, Memorial University

DOI: http://dx.doi.org/10.5751/ACE-00427-050213

Full Text: HTML   
Download Citation


Abstract

The amateur birding community has a long and proud tradition of contributing to bird surveys and bird atlases. Coordinated activities such as Breeding Bird Atlases and the Christmas Bird Count are examples of "citizen science" projects. With the advent of technology, Web 2.0 sites such as eBird have been developed to facilitate online sharing of data and thus increase the potential for real-time monitoring. However, as recently articulated in an editorial in this journal and elsewhere, monitoring is best served when based on a priori hypotheses. Harnessing citizen scientists to collect data following a hypothetico-deductive approach carries challenges. Moreover, the use of citizen science in scientific and monitoring studies has raised issues of data accuracy and quality. These issues are compounded when data collection moves into the Web 2.0 world. An examination of the literature from social geography on the concept of "citizen sensors" and volunteered geographic information (VGI) yields thoughtful reflections on the challenges of data quality/data accuracy when applying information from citizen sensors to research and management questions. VGI has been harnessed in a number of contexts, including for environmental and ecological monitoring activities. Here, I argue that conceptualizing a monitoring project as an experiment following the scientific method can further contribute to the use of VGI. I show how principles of experimental design can be applied to monitoring projects to better control for data quality of VGI. This includes suggestions for how citizen sensors can be harnessed to address issues of experimental controls and how to design monitoring projects to increase randomization and replication of sampled data, hence increasing scientific reliability and statistical power.

Résumé

La communauté des ornithologues amateurs a une longue et fière tradition de contribution aux dénombrements d’oiseaux et aux projets d’atlas. Les activités telles que les atlas d’oiseaux nicheurs et le Recensement des oiseaux de Noël sont des exemples de "science citoyenne". Avec l’avènement de la technologie informatique, des sites internet 2.0 comme celui d’eBird ont été développés afin de permettre l’entrée en ligne des données, ouvrant ainsi la possibilité d’assurer un suivi en temps réel. Cependant, tel que mentionné dans un éditorial récemment publié dans cette revue et dans d’autres publications, le suivi est plus efficace lorsqu’il repose sur des hypothèses a priori. Mettre la science citoyenne à contribution pour récolter des données en suivant une approche hypothético-déductive comporte des défis. De plus, le recours aux citoyens dans le cadre d’études scientifiques et de programmes de suivi soulève la question de la précision et de la qualité des données. Cette question est d’autant plus sérieuse lorsque les données sont récoltées dans le contexte de l’internet 2.0. Une revue de la littérature en géographie sociale sur les concepts de "citoyens capteurs" et d’information géographique volontaire (IGV) fournit des réflexions utiles sur les défis de qualité et de précision des données lorsqu’on applique l’information fournie par les citoyens capteurs dans les domaines de la recherche et de la gestion. L’IGV a été mise à profit dans un grand nombre de contextes, incluant les programmes de suivi écologique et environnemental. Dans cet essai, je soutiens que la conceptualisation d’un projet de suivi en tant qu’expérience scientifique peut contribuer davantage à l’utilisation des IGV. J’illustre de quelle façon les dispositifs expérimentaux peuvent être appliqués aux projets de suivi afin de mieux contrôler la qualité des données issues d’IGV. Ceci inclut des suggestions sur l’implication des citoyens capteurs afin de mettre en place des témoins expérimentaux et de développer des programmes de suivi afin d’accroître la randomisation et la réplication des données échantillonnées, ce qui augmente la fiabilité scientifique et la puissance statistique.

Key words

citizen science; citizen sensors; experimental design; monitoring; volunteered geographical information (VGI); Web 2.0

Copyright © 2010 by the author(s). Published here under license by The Resilience Alliance. This article  is under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.  You may share and adapt the work for noncommercial purposes provided the original author and source are credited, you indicate whether any changes were made, and you include a link to the license.

Avian Conservation and Ecology ISSN: 1712-6568