Avian Conservation and Ecology
The following is the established format for referencing this article:
D. R. Norris and K. A. Hobson. 2012. Avian Conservation and Ecology, continuing the niche. Avian Conservation and Ecology 7(1): 7.
http://dx.doi.org/10.5751/ACE-00520-070107
Editorial

Avian Conservation and Ecology, Continuing the Niche
 
Écologie et conservation des oiseaux : continuation de la niche

1University of Guelph, 2Environment Canada, Sceince and Technology Branch

We are pleased to inform our readers that, as of January 2012, we have assumed the positions of Co-Editors-In-Chief of Avian Conservation and Ecology (ACE). We replace the outgoing editorial team of Drs Tom Nudds and Marc-André Villard who did a splendid job of launching the journal and maintaining very high standards throughout its first six years. In addition to the usual editorial tasks, those editors also set a fine tradition of including editorials for each issue, a tradition we hope to continue. The bar has indeed been set high.

In this our first editorial, we simply want to outline the focus and scope of the journal and some new and forthcoming features. The basic premise of ACE has remained the same: we publish scientifically rigorous papers that are directly relevant to avian conservation. We should mention that, to the credit of the previous editors and those who volunteered and continue to volunteer their valuable time to this journal as well as the numerous scientists who have chosen this journal as their publishing outlet, ACE is now fully indexed by ISI. We anticipate this will increase our visibility in the international community and make ACE an even better outlet for articles on avian conservation around the globe.

While the name of the journal is Avian Conservation AND Ecology, we believe that the theme of conservation THROUGH ecology provides a better sense of our purpose. We aim to publish papers that address problems and questions related to avian conservation that are based on sound ecological principles and processes. We expect papers will fall along a continuum of pure conservation and management at one end and pure ecology at the other but our emphasis will be on those contributions with direct relevance to conservation objectives. That is our niche and we think an important one given the immense and almost overwhelming conservation challenges facing birds in Canada and all over the world. As such, we encourage submissions from scientists all over the world, including those papers that might address local or regional conservation issues.

Papers in ACE will ideally have clearly articulated hypotheses and predictions. However, we also recognize the value of descriptive studies that clearly relate their findings to real-world conservation objectives. In such cases, the onus will be on the authors to demonstrate that their descriptive study can provide significant value within the scope of current knowledge and future research directions. Typically, we will not consider natural history papers unless they have direct and immediate conservation implications.

Importantly, and like the former editors of the journal, we welcome papers on avian conservation that address questions and hypotheses at all ecological levels, from genes to ecosystems. This includes research in behavioral ecology, quantitative genetics and ecosystem functioning. We also welcome studies that are conducted in areas free of human influence if they represent controls against which impacted areas are compared or serve as model systems, as long as the connection to conservation is explicitly stated in the rationale for the research.

Our Editorial Board consists of internationally recognized scientists with a wide range of expertise. As we continue to grow, we will expand our list of Subject Editors who will play a key role in maintaining our high scientific standard and acting as specialists in rapidly growing areas of technology.

We believe that one of the primary keys to success for a journal like ACE is open-access. ACE publishes articles that are of interest not only to the scientific community who have the privilege of accessing academic journals but also the general public, as well as scientists in developing countries and non-academic professionals that do not have regular access to scientific journals. This could not be achieved without the support from the publisher Resilience Alliance, our sponsors the Society of Canadian Ornithologists and Bird Studies Canada, as well as the numerous journal volunteers and the authors themselves.

As you may have already noticed, ACE has a redesigned website that we think is not just an improvement aesthetically (including our new logo!) but also provides an easier and more efficient navigation experience for readers. In keeping with the social media phenomenon, we have also added Facebook and Twitter accounts that will provide regular updates on recently published papers, forthcoming special issues, and alerts to special features.

One of the special features we hope to produce will include short videos on published papers. We encourage authors of accepted articles to let us know if they are interested in including a video with their publication and Subject Editors will be asked to alert us on any papers that may be of special interest.

As we bring ACE into its second 5 years of existence, we hope to increase both the readership and the number of papers published by the journal. For the near future, ACE will continue to publish issues semiannually but we will be increasing the number of special issues (including a forthcoming issue of bird mortality through Incidental Take) and guest editorials. We strongly encourage readers to approach us with ideas about review and perspective papers.



Écologie et conservation des oiseaux : continuation de la niche

Nous sommes heureux d’annoncer à nos lecteurs que, depuis janvier 2012, nous assumons le rôle de corédacteurs en chef d’Écologie et conservation des oiseaux (ÉCO). Nous remplaçons l’équipe éditoriale sortante composée des Drs Tom Nudds et Marc-André Villard, qui ont fait un travail splendide à lancer cette revue scientifique et à maintenir des normes très élevées durant ses six premières années d’existence. En plus d’effectuer les tâches éditoriales habituelles, ces corédacteurs ont aussi fait paraître un éditorial dans chaque numéro, une excellente tradition que nous espérons poursuivre. La barre est toutefois haute.

Notre premier éditorial servira simplement à souligner l’objectif et le champ disciplinaire de la revue, ainsi que certains éléments nouveaux et à venir. La vocation première d’ÉCO est demeurée la même : nous publions des articles scientifiques rigoureux qui sont d’intérêt pour les spécialistes en conservation d’oiseaux. Nous devons mentionner que, grâce aux précédents rédacteurs, aux bénévoles passés et présents, ainsi qu’aux nombreux chercheurs qui ont choisi cette revue comme vitrine de publication, ÉCO est maintenant pleinement indexée dans la base ISI. Nous anticipons que cette indexation permettra d’augmenter notre visibilité auprès de la communauté internationale et de faire d’ÉCO une vitrine encore meilleure pour les articles sur la conservation des oiseaux partout sur la planète.

Bien que le nom de la revue réfère à un champ disciplinaire touchant la conservation ET l’écologie, nous pensons que la conservation par l’écologie est davantage appropriée pour refléter notre mission. Nous voulons publier des articles qui traitent des problèmes et des questions relatives à la conservation des oiseaux, et qui sont fondés sur des principes et des processus écologiques solides. Nous souhaitons que les articles se situent le long d’un continuum allant de la conservation et de la gestion pure d’un côté à l’écologie pure de l’autre, mais privilégierons les articles qui auront des objectifs clairs de conservation. Voilà ce qui définit notre niche, importante selon nous étant donné les défis de conservation immenses, voire insurmontables, auxquels font face les oiseaux au Canada et ailleurs dans le monde. Ainsi, nous invitons les chercheurs du monde entier à nous soumettre leurs articles, y compris ceux qui aborderaient des enjeux de conservation locaux ou régionaux.

En principe, les hypothèses et leurs prédictions devraient être énoncées clairement dans les articles qui nous seront soumis. Toutefois, nous reconnaissons également l’intérêt des travaux descriptifs qui font clairement le lien entre les résultats obtenus et les objectifs de conservation de la réalité courante. Dans ces cas, les auteurs seront responsables de démontrer que leur étude descriptive représente une avancée importante relativement aux connaissances actuelles et qu’elle pourra servir à orienter les recherches futures. Les articles d’histoire naturelle ne seront généralement pas pris en considération, à moins qu’ils n’aient des répercussions de conservation directes et immédiates.

Plus important encore et comme le souhaitaient également les corédacteurs précédents d’ÉCO, nous voulons recevoir des articles sur la conservation des oiseaux qui abordent des questions et des hypothèses à tous les niveaux écologiques, des gènes aux écosystèmes. Ainsi, les recherches dont le sujet est l’écologie comportementale, la génétique quantitative et le fonctionnement des écosystèmes sont d’intérêt pour la revue. Les travaux menés dans des endroits pratiquement non affectés par les humains sont également pertinents s’ils représentent des sites témoins pour fin de comparaison avec des endroits modifiés par les humains ou servent de systèmes modèles, à condition que le lien avec la conservation soit clairement stipulé dans l’objectif de la recherche.

Notre comité éditorial regroupe des chercheurs de renommée internationale ayant des champs d’expertise variés. À mesure que nous progresserons, nous allongerons notre liste de réviseurs pour couvrir tous les domaines; ces réviseurs joueront un rôle essentiel pour le maintien de nos normes scientifiques élevées et seront des spécialistes dans les domaines où les avancées technologiques sont rapides.

Nous croyons qu’un des éléments clés du succès d’une revue comme ÉCO est son accès libre. La revue ÉCO publie des articles qui sont d’intérêt non seulement pour la communauté scientifique qui a le privilège d’avoir accès aux revues spécialisées, mais aussi pour le public en général, de même que pour les chercheurs de pays en voie de développement et les professionnels hors milieu universitaire qui n’ont pas un accès courant aux revues scientifiques. Ce libre accès serait impossible sans la contribution de l’éditeur Resilience Alliance, de nos commanditaires – la Société des ornithologistes du Canada et Étude d’Oiseaux Canada –, des nombreux bénévoles qui œuvrent pour la revue et des auteurs eux-mêmes.

Comme vous l’avez probablement déjà remarqué, le site web d’ÉCO a été remanié; nous croyons qu’en plus d’être plus esthétique (y compris notre nouveau logo!), il offre aux lecteurs une expérience de navigation plus facile et efficace qu’auparavant. Pour entrer dans la sphère des médias sociaux, nous avons également ajouté des comptes Twitter et Facebook qui fourniront des mises à jour régulières sur les articles publiés récemment, les numéros spéciaux à venir et les nouveautés.

Une des nouveautés que nous voulons introduire est l’accès à des vidéos complémentaires aux articles publiés. Nous encourageons donc les auteurs d’articles ayant été acceptés à nous faire part de leur désir d’inclure une vidéo pour accompagner leur article; nous demanderons aux réviseurs de nous alerter à propos de tout article présentant un intérêt particulier.

Pour le début du deuxième quinquennat d’existence d’ÉCO, nous souhaitons augmenter tant le lectorat que le nombre d’articles publiés par la revue. Dans un avenir rapproché, ÉCO continuera de publier deux numéros par an, mais nous augmenterons le nombre de numéros spéciaux (dont un à venir sur la mortalité d’oiseaux attribuable aux prises accessoires) et d’éditoriaux rédigés par des auteurs invités. Nous encourageons grandement les lecteurs à nous joindre s’ils ont des idées d’articles mettant en perspective ou faisant la revue d’un sujet particulier.

RESPONSES TO THIS ARTICLE

Responses to this article are invited. If accepted for publication, your response will be hyperlinked to the article. To submit a response, follow this link. To read responses already accepted, follow this link.

Address of Correspondent:
D. Ryan Norris
Department of Integrative Biology
University of Guelph
Guelph, ON
N1G 2W1
rnorris@uoguelph.ca
Jump to top