Bird trends from long-term observation data at sites in the Hudson Bay Lowlands
Tendances des oiseaux à partir d'observations faites depuis longtemps sur des sites dans les basses-terres de la baie d'Hudson

Rodney W Brook, Ontario Ministry of Natural Resources and Forestry
Lisa A Pollock, Ontario Ministry of Natural Resources and Forestry
Kenneth F Abraham, Ontario Ministry of Natural Resources and Forestry
Glen S Brown, Ontario Ministry of Natural Resources and Forestry

DOI: http://dx.doi.org/10.5751/ACE-01821-160110

Full Text: HTML   
Download Citation


Abstract

Monitoring population trends for bird species in the Arctic and sub-Arctic can be difficult and cost prohibitive. Breeding populations of birds in these remote locations may be changing and have garnered much attention regarding their conservation. We analyzed data from bird lists (daily species observations) collected while conducting other targeted research to estimate trends in the probability of observing species at two sub-Arctic study sites. For Akimiski Island, Nunavut (52 species) we estimated positive trends with high confidence (95% credible limits do not include 0) for 14 species and negative trends with high confidence for 18. For Burntpoint Creek, Ontario (46 species) we estimated that 12 species had positive trends with high confidence and 12 had negative trends with high confidence. More than 60% of species at each site matched population trends for at least one of three larger geographic scales that we compared estimates with; regional, provincial and national. We hypothesized that trends may be due to climate change effects or because of effects related to intensive herbivory from nesting geese. Trends for most of the species where we made specific predictions from these hypotheses agreed with those predicted; however, well-designed experiments are needed to conclusively determine the driving mechanisms of these trends. Collecting bird list data while simultaneously conducting other research is not nearly as time consuming or expensive as targeted breeding bird surveys (e.g., point counts, call counts, nest searching, etc.). This analysis method may be of utility for other remote field study sites where gaps in trend data exist.

Résumé

Le suivi de la tendance des populations d'oiseaux dans l'Arctique et le subarctique peut être difficile et son coût prohibitif. Les populations d'oiseaux nicheurs dans ces endroits éloignés sont peut-être en train de changer et leur conservation a suscité beaucoup d'attention. Nous avons analysé les données de listes d'oiseaux (observations quotidiennes d'espèces) recueillies lors d'autres recherches ciblées afin d'estimer la tendance de la probabilité d'observer des espèces à deux sites d'étude subarctiques. Pour l'île Akimiski, au Nunavut (52 espèces), nous avons calculé des tendances positives avec un niveau de confiance élevé (les limites crédibles à 95 % ne comprennent pas les 0) pour 14 espèces et des tendances négatives avec un niveau de confiance élevé pour 18 autres. Pour le ruisseau Burntpoint, en Ontario (46 espèces), nous avons déterminé que 12 espèces présentaient des tendances positives avec un niveau de confiance élevé et 12 des tendances négatives avec un niveau de confiance élevé. La tendance de plus de 60 % des espèces à chaque site correspondait aux tendances de populations d'au moins une des trois grandes échelles géographiques avec lesquelles nous avons comparé les résultats : régionale, provinciale et nationale. Nous avons émis l'hypothèse selon laquelle les tendances pouvaient être imputables aux effets du changement climatique ou aux effets liés au broutement intensif des oies nicheuses. Les tendances pour la plupart des espèces pour lesquelles nous avons fait des prédictions spécifiques à partir de ces hypothèses corroboraient celles prédites; toutefois, des protocoles expérimentaux bien conçus sont nécessaires pour déterminer de manière concluante les mécanismes moteurs de ces tendances. La collecte d'observations au moyen de listes d'oiseaux, tout en menant simultanément d'autres recherches, est loin d'être aussi longue et coûteuse que les suivis ciblés d'oiseaux nicheurs (p. ex. dénombrement par points d'écoute, relevé de chants, recherche de nids, etc.). Cette méthode d'analyse peut être utile pour d'autres sites d'étude éloignés où les tendances sont inconnues.

Key words

Bayesian logistic model; climate change; overgrazing; habitat change; list length; population trends

Copyright © 2021 by the author(s). Published here under license by The Resilience Alliance. This article is under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License. You may share and adapt the work for noncommercial purposes provided the original author and source are credited, you indicate whether any changes were made, and you include a link to the license.

Avian Conservation and Ecology ISSN: 1712-6568