Site-infidelity by budworm-linked warblers at the edge of an area defoliated by spruce budworm
Infidélité au site chez les parulines de tordeuse en bordure d'une zone défoliée par la tordeuse des bourgeons de l'épinette

Jeanne Moisan Perrier, Département de biologie, chimie et géographie, Centre d'étude de la forêt, Université du Québec à Rimouski, Québec, Canada
Daniel Kneeshaw, Université du Québec à Montréal
Martin-Hugues St-Laurent, Département de biologie, chimie et géographie, Centre d'étude de la forêt, Université du Québec à Rimouski, Québec, Canada
Marc-André Villard, Département de biologie, chimie et géographie, Centre d'étude de la forêt, Université du Québec à Rimouski, Québec, Canada

DOI: http://dx.doi.org/10.5751/ACE-01847-160117

Full Text: HTML   
Download Citation


Abstract

Most songbird species show some degree of fidelity to their previous breeding location, especially after successful reproduction. However, species associated with highly dynamic food sources (e.g., outbreaking insects) may have to adopt more flexible strategies. Three species (Tennessee Warbler, Leiothlypis peregrina ; Cape May Warbler, Setophaga tigrina ; and Bay-breasted Warbler, S. castanea ) show strong numerical responses to spruce budworm (Choristoneura fumiferana - SBW) outbreaks. These species, referred to as "budworm-linked warblers", might track SBW larvae through extensive natal dispersal. Then, the superabundance of food during outbreaks would be expected to lead to high breeding productivity which, in turn, should promote breeding site fidelity. Here, we aimed to determine whether budworm-linked warblers were faithful to their previous year's breeding season location and, if so, whether their probability of return was influenced by habitat characteristics such as the density of SBW larvae, stand structure, or landscape structure. We hypothesized that return rate of budworm-linked warblers will be high, as reported in other species of New World warblers, and we predicted that among habitat characteristics, return rate will increase with the density of SBW larvae. We banded 117 budworm-linked warblers (94 % being males) in 75 study plots distributed along a gradient of SBW density and searched for returning individuals within 50 m of their capture sites using song playbacks. Contrary to our hypothesis, resighting rate was very low (0-10.5%). This relative "infidelity" suggests that breeding dispersal of budworm-linked warblers was relatively extensive. Only habitat proportion within an 8-km radius had an important (negative) effect on the probability of resighting Bay-breasted Warbler. Budworm-linked warblers did not exhibit strong site fidelity as adults, but instead performed breeding dispersal movements, presumably to track SBW outbreaks. This strategy may reflect strong spatiotemporal variations in the density SBW larvae.

Résumé

La plupart des espèces de passereaux montrent une fidélité relative à leur site de reproduction, surtout lorsque celle-ci a été fructueuse. Cependant, les espèces associées à des ressources hautement dynamiques dans le temps et dans l'espace (p. ex. les insectes connaissant des phases épidémiques) sont susceptibles d'adopter des stratégies plus flexibles. Trois espèces (Paruline obscure, Leiothlypis peregrina ; Paruline tigrée, Setophaga tigrina ; Paruline à poitrine baie, S. castanea ) montrent une forte réponse numérique aux infestations de tordeuse des bourgeons de l'épinette (Choristoneura fumiferana - TBE). Ces espèces, que l'on appelle "parulines de tordeuse", pourraient en principe suivre les infestations de TBE via leur dispersion natale. Par la suite, la superabondance de nourriture durant les infestations devrait résulter en une productivité élevée, ce qui devrait promouvoir la fidélité au site de nidification. Dans le cadre de cette étude, nous voulions déterminer si les parulines de tordeuse étaient fidèles au site occupé durant la saison de reproduction précédente et, dans un tel cas, si leur probabilité de retour était influencée par les caractéristiques d'habitat, telles que la densité de larves de TBE, la structure des peuplements ou celle du paysage. Nous avons émis l'hypothèse selon laquelle le taux de retour des parulines de tordeuse serait élevé, tel qu'observé chez les autres espèces de parulines du Nouveau-Monde. De plus, nous avons prédit que parmi les caractéristiques d'habitat considérées, le taux de retour augmenterait avec la densité des larves de TBE. Nous avons bagué 117 parulines de tordeuse (incluant 94 % de mâles) dans 75 sites d'étude distribués le long d'un gradient de densité de TBE et nous avons cherché des individus de retour dans un rayon de 50 m de leur site de capture à l'aide de repasses de vocalisations. Contrairement à notre hypothèse, le taux de détection d'individus de retour a été très faible (0-10.5%). Cette "infidelité" relative suggère que, chez les parulines de tordeuse, la dispersion des adultes se fait sur des distances relativement grandes. Seule la proportion d'habitat dans un rayon de 8 km a eu un effet (négatif) important sur la probabilité de détection d'individus de retour, et seulement chez la Paruline à poitrine baie. Les parulines de tordeuse adultes n'ont pas montré une fidélité au site occupé l'année précédente, suggérant qu'elles ont effectué des mouvements de dispersion, possiblement afin de suivre la progression de l'infestation de TBE. Cette stratégie reflète sans doute les importantes variations spatiotemporelles observées dans la densité des larves de TBE.

Key words

dispersal; defoliating insects; movements; resource tracking; site fidelity

Copyright © 2021 by the author(s). Published here under license by The Resilience Alliance. This article is under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License. You may share and adapt the work for noncommercial purposes provided the original author and source are credited, you indicate whether any changes were made, and you include a link to the license.

Avian Conservation and Ecology ISSN: 1712-6568