Grassland Bird Responses to Three Edge Types in a Fragmented Mixed-Grass Prairie
Réactions des oiseaux de prairie à trois types de bordures dans une prairie mixte fragmentée

Maggi S Sliwinski, University of Manitoba
Nicola Koper, University of Manitoba

DOI: http://dx.doi.org/10.5751/ACE-00534-070206

Full Text: HTML   
Download Citation


Abstract

One possible factor that may have contributed to the decline of grassland bird populations is edge avoidance. In the mixed-grass prairie, habitat fragmentation is often caused by juxtaposition of habitats with vegetation that is structurally similar to prairie, making it difficult to understand why birds avoid habitat edges. We hypothesized that display height or resource-use strategy, i.e., the degree to which a species depends on grassland habitat, might explain variation in sensitivity to habitat edges among different species of grassland birds. To test our hypotheses, we used data on the abundance of grassland birds in native mixed-grass prairie fields in southern Alberta, Canada, from 2000 to 2002. Point counts were conducted up to 4.1 km from croplands, 2.2 km from roads, and 1.8 km from wetlands. We used nonlinear regression models to determine the distance at which relative abundance of 12 bird species changed in response to edge, and linear regression to determine if display height or resource-use strategy explained variation in response to different types of edges. Variation in response to edge was not explained by display height or resource-use strategy. However, six species avoided wetland edges, two avoided roads, and four avoided cropland. Two species of conservation concern, Chestnut-collared Longspurs (Calcarius ornatus) and Sprague’s Pipits (Anthus spragueii), declined in abundance by 25% or more within 1.95 km and 0.91 km, respectively, of cropland edges. Because Chestnut-collared Longspurs avoided croplands to at least 1.95 km, it will be important to prevent further fragmentation of mixed-grass prairies by agriculture.

Résumé

L’évitement des bordures est un des facteurs avancés dans le déclin des populations d’oiseaux de prairie. Dans la prairie mixte, la fragmentation d’habitat se présente souvent sous la forme d’une juxtaposition de milieux dont la végétation est structurellement similaire à la prairie, ce qui rend difficile de comprendre pourquoi les oiseaux évitent les bordures d’habitat. Nous avons émis l’hypothèse voulant que la hauteur de parade ou la stratégie d’utilisation des ressources, c’est-à-dire à quel degré une espèce dépend de l’habitat de prairie, expliquerait peut-être la variation de sensibilité aux bordures chez différentes espèces d’oiseaux de prairie. Afin de tester notre hypothèse, nous avons utilisé des données d’abondance des oiseaux de prairie dans des champs de prairie mixte naturelle du sud de l’Alberta, au Canada, de 2000 à 2002. Des dénombrements par points d’écoute ont été effectués jusqu’à 4,1 km de terres cultivées, jusqu’à 2,2 km de routes et jusqu’à 1,8 km de milieux humides. Nous avons utilisé la régression non linéaire dans le but de déterminer la distance à laquelle l’abondance relative de 12 espèces d’oiseaux changeait en réaction aux bordures, et la régression linéaire pour établir si la hauteur de parade ou la stratégie d’utilisation des ressources expliquait la variation de réaction selon les différents types de bordure. La variation dans la réaction aux bordures n’a pas été expliquée par la hauteur de parade ni par la stratégie d’utilisation des ressources. Toutefois, six espèces ont évité les bordures avec les milieux humides, deux ont évité celles avec les routes et quatre, celles avec les terres cultivées. L’abondance de deux espèces dont la conservation est préoccupante, le Plectrophane à ventre noir (Calcarius ornatus) et le Pipit de Sprague (Anthus spragueii), a décliné d’au moins 25 % en deçà de 1,95 km et de 0,91 km d’une bordure de terre cultivée, respectivement. Étant donné que le plectrophane a évité les terres cultivées par 1,95 km au minimum, il sera important d’empêcher davantage la fragmentation des prairies mixtes par l’agriculture.

Key words

Chestnut-collared Longspur; edge effects; fragmentation; mixed-grass prairie; nonlinear regression; road ecology; Sprague’s Pipit

Copyright © 2012 by the author(s). Published here under license by The Resilience Alliance. This article is under a Creative Commons Attribution 4.0 International License. You may share and adapt the work provided the original author and source are credited, you indicate whether any changes were made, and you include a link to the license.

Avian Conservation and Ecology ISSN: 1712-6568