Breeding Status and Population Trends of Golden Eagles in Northeastern Québec, Canada
Statut reproducteur et tendance de la population de l’Aigle royal dans le nord-est du Québec, Canada

François Morneau, Consulting Biologist
Benoit Gagnon, Environmental manager, Hydro-Québec Équipement et services partagés
Sandie Poliquin, Environmental advisor, Hydro-Québec Production
Pierre Lamothe, Retired, former Environmental advisor, Hydro-Québec Production
Natalie D'Astous, Consulting Biologist
Junior A. Tremblay, Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs du Québec

DOI: http://dx.doi.org/10.5751/ACE-00547-070204

Full Text: HTML   
Download Citation


Abstract

In North America, it is hypothesized that the Golden Eagle’s (Aquila chrysaetos) eastern population declined during the period 1946-1973 because of organochlorine pesticides and other anthropogenic causes of mortality. Since 1970, upward trends for the species have been observed at most eastern hawkwatches. To determine whether such positive trends can be observed on breeding grounds, Golden Eagle counts were performed to monitor nesting territory occupancy between 1994 and 2007 in the Moisie and Sainte-Marguerite River valleys, northeastern Québec. Aerial surveys were conducted during seven of the 14 years. During this period, the number of known nesting territories in the study area increased from 10 to 20, while the number of pairs rose from six to 14. The increase is attributed mostly to investigators’ improved experience in finding nests and to their greater familiarity with the study area, and possibly to the growth of the regional population. Occupancy of nesting territories by pairs was very stable over the years. Annual mean % of laying pairs (or laying rate) was 48.0 (SD = 19.9), and productivity (mean number of fledglings per pair) was 0.49 (SD = 0.35).

Résumé

En Amérique du Nord, on a soulevé l’hypothèse voulant que les pesticides organochlorés et d’autres causes de mortalité d’origine anthropique aient été responsables de la diminution de la population de l’Est de l’Aigle royal (Aquila chrysaetos) au cours de la période de 1946 à 1973. Depuis 1970, des tendances à la hausse ont été observées chez cette espèce à la plupart des observatoires d’oiseaux de proie dans l’Est. Afin de déterminer si ces tendances à la hausse se reflétaient sur les lieux de reproduction, des dénombrements d’Aigles royaux ont été réalisés pour suivre l’occupation des territoires de nidification de 1994 à 2007 dans les vallées des rivières Moisie et Sainte-Marguerite, dans le nord-est du Québec. Des dénombrements aériens ont été effectués au cours de 7 des 14 années du suivi. Durant cette période, le nombre de territoires de nidification connus dans l’aire d’étude a augmenté de 10 à 20, tandis que le nombre de couples est passé de 6 à 14. La hausse s’explique principalement par l’expérience accrue des observateurs à découvrir les nids et leur plus grande familiarité avec l’aire d’étude, et peut-être par la croissance de la population régionale. L’occupation des territoires de nidification par des couples a été très stable au cours des années. Le pourcentage annuel moyen de couples pondeurs (ou taux de ponte) s’élevait à 48,0 (écart type = 19,9) et la productivité (nombre moyen de jeunes à l’envol par couple) était de 0,49 (écart type = 0,35).

Key words

aerial survey; Aquila chrysaetos; breeding characteristics; Golden Eagle; population trends; Québec

Copyright © 2012 by the author(s). Published here under license by The Resilience Alliance. This article is under a Creative Commons Attribution 4.0 International License. You may share and adapt the work provided the original author and source are credited, you indicate whether any changes were made, and you include a link to the license.

Avian Conservation and Ecology ISSN: 1712-6568