Estimated Mortality of Selected Migratory Bird Species from Mowing and Other Mechanical Operations in Canadian Agriculture
Estimation de la mortalité aviaire par le fauchage et d’autres opérations mécanisées utilisées en agriculture au Canada

Joerg Tews, Noreca Consulting Inc
Daniel G. Bert, Science and Technology Branch, Environment Canada
Pierre Mineau, Science and Technology Branch, Environment Canada

DOI: http://dx.doi.org/10.5751/ACE-00559-080208

Full Text: HTML   
Download Citation


Abstract

Mechanical operations such as mowing, tilling, seeding, and harvesting are well-known sources of direct avian mortality in agricultural fields. However, there are currently no mortality rate estimates available for any species group or larger jurisdiction. Even reviews of sources of mortality in birds have failed to address mechanical disturbance in farm fields. To overcome this information gap we provide estimates of total mortality rates by mechanical operations for five selected species across Canada. In our step-by-step modeling approach we (i) quantified the amount of various types of agricultural land in each Bird Conservation Region (BCR) in Canada, (ii) estimated population densities by region and agricultural habitat type for each selected species, (iii) estimated the average timing of mechanical agricultural activities, egg laying, and fledging, (iv) and used these values and additional demographical parameters to derive estimates of total mortality by species within each BCR. Based on our calculations the total annual estimated incidental take of young ranged from ~138,000 for Horned Lark (Eremophila alpestris) to as much as ~941,000 for Savannah Sparrow (Passerculus sandwichensis). Net losses to the fall flight of birds, i.e., those birds that would have fledged successfully in the absence of mechanical disturbance, were, for example ~321,000 for Bobolink (Dolichonyx oryzivorus) and ~483,000 for Savannah Sparrow. Although our estimates are subject to an unknown degree of uncertainty, this assessment is a very important first step because it provides a broad estimate of incidental take for a set of species that may be particularly vulnerable to mechanical operations and a starting point for future refinements of model parameters if and when they become available.

Résumé

Les opérations mécanisées telles que le fauchage, le labourage, l’ensemencement et la récolte sont des sources bien connues de mortalité aviaire directe dans les champs agricoles. Toutefois, il n’existe actuellement aucune estimation du taux de mortalité pour tout groupe d’oiseaux ou grande région. Même les revues de littérature visant à dresser les sources de mortalité d’oiseaux n’ont pas examiné le dérangement attribué aux opérations mécanisées dans les champs agricoles. Pour pallier ce manque d’information, nous présentons des estimations du taux de mortalité totale par les opérations mécanisées chez cinq espèces dans l’ensemble du Canada. Notre approche de modélisation par étape nous a permis de : 1) quantifier la superficie de divers types de milieux agricoles dans chaque région de conservation des oiseaux (RCO) au Canada; 2) estimer les densités de population par RCO et type de milieux agricoles pour chacune des cinq espèces; 3) estimer la période moyenne des activités agricoles mécanisées, de la ponte et de l’envol de jeunes; et 4) utiliser ces valeurs et d’autres paramètres démographiques pour calculer des estimations de la mortalité totale par espèce dans chaque RCO. Selon nos calculs, la prise accessoire annuelle de jeunes s’échelonnait d’~138 000 pour l’Alouette hausse-col (Eremophila alpestris) à autant qu’~941 000 pour le Bruant des prés (Passerculus sandwichensis). La perte nette d’oiseaux dans la volée d’automne, c’est-à-dire les oiseaux qui auraient pris leur envol avec succès en l’absence de dérangement attribué aux opérations mécanisées, était de l’ordre d’~321 000 pour le Goglu des prés (Dolichonyx oryzivorus) et d’~483 000 pour le Bruant des prés, par exemple. Même si nos estimations comportent un certain degré d’incertitude, cette évaluation représente une première étape fort importante, d’abord parce qu’elle fournit une estimation globale de la prise accessoire chez un groupe d’espèces qui peut être particulièrement vulnérable aux opérations mécanisées, puis parce qu’elle fait office de point de départ pour d’éventuelles améliorations aux paramètres des modèles, si et quand celles-ci seront disponibles.

Key words

agricultural management; avian mortality; Bobolink; Grasshopper Sparrow; grassland birds; grassland management; mowing

Copyright © 2013 by the author(s). Published here under license by The Resilience Alliance. This article  is under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.  You may share and adapt the work for noncommercial purposes provided the original author and source are credited, you indicate whether any changes were made, and you include a link to the license.

Avian Conservation and Ecology ISSN: 1712-6568