Bachman’s Sparrow (Peucaea aestivalis) response to variation in the extent of burns conducted during the nesting season
Réaction du Bruant des pinèdes (Peucaea aestivalis) aux variations de l’étendue des brûlis effectués durant la saison de nidification

Clark D. Jones, D. B. Warnell School of Forestry and Natural Resources, University of Georgia
James A. Cox, Tall Timbers Research Station and Land Conservancy
Robert J. Cooper, D. B. Warnell School of Forestry and Natural Resources, University of Georgia

DOI: http://dx.doi.org/10.5751/ACE-00632-090103

Full Text: HTML   
Download Citation


Abstract

Bachman’s Sparrow (Peucaea aestivalis), an endemic North American passerine, requires frequent (≤ 3 yr) prescribed fires to maintain preferred habitat conditions. Prescribed fires that coincide with the sparrow’s nesting season are increasingly used to manage sparrow habitat, but concerns exist regarding the effects that nesting-season fires may pose to this understory-dwelling species. Previous studies suggested that threats posed by fires might be lessened by reducing the extent of prescribed fires, thereby providing unburned areas close to the areas where fires eliminate ground-cover vegetation. To assess this hypothesis, we monitored color-marked male Bachman’s Sparrows on 2 sites where the extent of nesting-season fires differed 5-fold (> 70 ha vs. < 15 ha). Monthly survival for males did not differ between the large- and small-extent treatments, and survival rates exceeded 90% for all months except one during the second year of our study when fires were applied later in the season. Male densities also did not differ between treatments, but treatment-by-year interactions pointed to effects relating to the specific time that fires were applied. The distances separating observations of marked males before and after burns were smaller on small-extent treatments in the first year of study but larger on the small-extent treatments in the second year of study. Burn extents also had no consistent effect on postburn reproductive status. The largest extent we examined could have been too small to affect sparrow populations, but responses may also reflect sustainable metapopulation dynamics in a setting where a large sparrow population is maintained at a regional scale (> 100,000 ha) using frequent prescribed fire (≤ 2-yr return intervals). Additional research is needed regarding the effects that nesting-season fires may have on small, isolated populations as well as sites where much larger burn extents (> 100 ha) or longer burn intervals (> 2 yr) are used.

Résumé

Le Bruant des pinèdes (Peucaea aestivalis), un passereau endémique de l’Amérique du Nord, a besoin de feux fréquents (≤ 3 années) prescrits pour le maintien des caractéristiques préférées de son habitat. Les feux prescrits pendant la saison de nidification de ce bruant sont utilisés de plus en plus souvent pour l’aménagement de son habitat, mais leurs effets à cette période pourraient être préoccupants pour cette espèce des sous-étages. Des études antérieures ont indiqué que la menace posée par ces feux pourrait être amoindrie en réduisant leur étendue, fournissant ainsi des secteurs non brûlés près des secteurs où le feu a éliminé la végétation au sol. Afin d’évaluer cette hypothèse, nous avons suivi des Bruants des pinèdes mâles, marqués à l’aide de bagues de couleur, sur deux sites pour lesquels l’étendue des feux effectués durant la saison de nidification différait par un facteur de 5 (> 70 ha contre < 15 ha). La survie mensuelle des mâles n’a pas été différente entre les traitements de grande ou de faible étendue, et les taux de survie étaient supérieurs à 90 % pour tous les mois sauf un durant la seconde année de notre étude, lorsque les feux ont été allumés plus tard en saison. Les densités de mâles ont également été les mêmes entre les traitements, mais les interactions traitement-par-année ont montré des effets attribuables au moment précis où les feux ont été effectués. Les distances séparant les observations des mâles avant et après les brûlis étaient plus courtes dans les traitements de faible étendue lors de la première année de l’étude, mais plus grandes dans ces mêmes traitements lors de la seconde année. L’étendue des brûlis n’avait pas d’effet important sur le statut de reproduction post-brûlis. L’étendue de brûlis la plus grande que nous avons examinée était peut-être trop petite pour qu’elle ait affecté les populations de bruants, mais les réactions des oiseaux reflètent peut-être aussi des dynamiques stables de métapopulations permettant le maintien d’une grande population de bruants à l’échelle régionale (> 100 000 ha) au moyen de feux prescrits fréquents (tous les deux ans ou moins). Davantage de recherches sont requises pour évaluer les effets que les feux en saison de nidification peuvent avoir sur des petites populations isolées, de même que sur des sites dans lesquels de plus grandes étendues sont brûlées (> 100 ha) ou encore des intervalles plus longs (> 2 années) sont privilégiés.

Key words

Bachman’s Sparrow; longleaf pine; nesting season; Peucaea aestivalis; Pinus palustris; prescribed fire; site fidelity; survival

Copyright © 2014 by the author(s). Published here under license by The Resilience Alliance. This article is under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License. You may share and adapt the work for noncommercial purposes provided the original author and source are credited, you indicate whether any changes were made, and you include a link to the license.

Avian Conservation and Ecology ISSN: 1712-6568