How well do regional or national Breeding Bird Survey data predict songbird population trends at an intact boreal site?
Les données régionales et nationales du Relevé des oiseaux nicheurs permettent-elles de bien prédire la tendance des populations de passereaux dans un secteur boréal vierge?

Craig S. Machtans, Environment Canada, Canadian Wildlife Service
Kevin J. Kardynal, Environment Canada, Canadian Wildlife Service
Paul A. Smith, Smith and Associates Ecological Research Ltd.

DOI: http://dx.doi.org/10.5751/ACE-00649-090105

Full Text: HTML   
Download Citation


Abstract

A study to monitor boreal songbird trends was initiated in 1998 in a relatively undisturbed and remote part of the boreal forest in the Northwest Territories, Canada. Eight years of point count data were collected over the 14 years of the study, 1998-2011. Trends were estimated for 50 bird species using generalized linear mixed-effects models, with random effects to account for temporal (repeat sampling within years) and spatial (stations within stands) autocorrelation and variability associated with multiple observers. We tested whether regional and national Breeding Bird Survey (BBS) trends could, on average, predict trends in our study area. Significant increases in our study area outnumbered decreases by 12 species to 6, an opposite pattern compared to Alberta (6 versus 15, respectively) and Canada (9 versus 20). Twenty-two species with relatively precise trend estimates (precision to detect > 30% decline in 10 years; observed SE ≤ 3.7%/year) showed nonsignificant trends, similar to Alberta (24) and Canada (20). Precision-weighted trends for a sample of 19 species with both reliable trends at our site and small portions of their range covered by BBS in Canada were, on average, more negative for Alberta (1.34% per year lower) and for Canada (1.15% per year lower) relative to Fort Liard, though 95% credible intervals still contained zero. We suggest that part of the differences could be attributable to local resource pulses (insect outbreak). However, we also suggest that the tendency for BBS route coverage to disproportionately sample more southerly, developed areas in the boreal forest could result in BBS trends that are not representative of range-wide trends for species whose range is centred farther north.

Résumé

Une étude visant à suivre la tendance de passereaux boréaux a été amorcée en 1998 dans une partie relativement peu perturbée et isolée de la forêt boréale des Territoires du Nord-Ouest, au Canada. Nous avons échantillonné des points d’écoute pendant 8 des 14 années qu’a duré l’étude (1998-2011). La tendance a été estimée pour 50 espèces d’oiseaux au moyen de modèles linéaires généralisés à effets mixtes, pour lesquels les effets aléatoires ont tenu compte de l’autocorrélation et de la variabilité temporelles (répétabilité intra-annuelle) et spatiales (stations à l’intérieur des peuplements) associées aux observateurs multiples. Nous avons testé si les tendances régionales et nationales du Relevé des oiseaux nicheurs (BBS) pouvaient, en général, prédire les tendances dans notre aire d’étude. Les hausses significatives (12 espèces) dans l’aire d’étude l’ont emporté sur les baisses (6 espèces), une tendance contraire à celle observée en Alberta (respectivement 6 contre 15) et au Canada (9 contre 20). Vingt-deux espèces ayant des estimations de tendance relativement précises (suffisantes pour détecter un déclin > 30 % sur 10 ans; erreur-type observée ≤ 3,7 %/an) avaient une tendance non significative, un résultat comparable à ceux de l’Alberta (24) et du Canada (20). La tendance pondérée selon la précision pour un ensemble de 19 espèces ayant une tendance fiable dans notre aire d’étude et une faible portion de leur aire couverte par le BBS au Canada était, en moyenne, plus négative pour l’Alberta (inférieur de 1,34 % par année) et le Canada (inférieur de 1,15 % par année) comparativement à Fort Liard, même si les intervalles de crédibilité de 95 % comprenaient encore des zéros. Nous pensons que ces différences de tendance pourraient être en partie imputables à des pics locaux d’abondance des ressources (épidémie d’insectes). Toutefois, nous sommes également d’avis que la tendance des routes du BBS à être disproportionnellement situées dans des endroits plus au sud et en forêt boréale aménagée pourrait faire en sorte que les tendances provenant du BBS ne sont pas représentatives des tendances dans l’ensemble de l’aire chez les espèces dont l’aire de répartition est centrée plus au nord.

Key words

boreal forest; generalized linear mixed-effects model; Northwest Territories; observer variability; population trend; spruce budworm

Copyright © 2014 by the author(s). Published here under license by The Resilience Alliance. This article is under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License. You may share and adapt the work for noncommercial purposes provided the original author and source are credited, you indicate whether any changes were made, and you include a link to the license.

Avian Conservation and Ecology ISSN: 1712-6568